L’ADAMI, qui représente les artistes-interprètes en France, s’est offerte une pleine page de publicité dans Le Monde, pour dénoncer la part très faible reçue par les musiciens et chanteurs, lorsqu’un internaute s’abonne à une plateforme de streaming.

Ce n’est pas une nouveauté dans l’industrie musicale que les premiers bénéficiaires de la… [Lire la suite sur Numerama]