Le système français de diffusion des œuvres cinématographiques fleure bon la naphtaline et apparaît déconnecté des usages actuels. Mais faut-il y mettre un terme, au risque de désorganiser totalement le financement des films ?

Alors que Netflix, disponible en France depuis le 15 septembre dernier, revendique 100 000 abonnés à ce jour, d’aucuns se sont émus de la pauvreté du catalogue du géant américain, loin derrière la… [Lire la suite sur Journal du Net]